Les propriétés d’une charpente traditionnelle en bois

La charpente traditionnelle est propre aux habitations anciennes. Très esthétique, elle leur donne du cachet. Mais l’esthétique n’est pas le seul critère qui définit la charpente traditionnelle en bois.

La robustesse

Lorsqu’elle est fabriquée à partir d’un bois massif, la charpente traditionnelle est très solide et résistante. Toutefois, elle est également lourde et ne convient pas aux maisons avec de faibles fondations. Avant d’opter pour ce type de charpente, vérifiez l’état et la qualité des fondations de votre maison.

Le prix

Le prix d’une charpente traditionnelle en bois dépend avant tout de sa qualité. Ainsi, une charpente en chêne coûte plus cher qu’une autre en pin. D’autres facteurs sont également à prendre en compte :

la surface du toit,

la future couverture,

la forme du toit (notamment le nombre des pans),

les éléments à inclure (lucarne, cheminée…),

et le coût de la main d’œuvre.

La constitution

La charpente traditionnelle est constituée de divers éléments, dont :

une ferme qui est la structure porteuse,

les pannes qui s’appuient sur la ferme,

les chevrons qui sont posés dans le sens de la pente,

les linteaux,

et les voliges.

Afin de faire ressortir la forme du toit, la charpente traditionnelle est réalisée sur mesure. C’est pourquoi, elle s’adapte à la majorité des toitures.

Les combles aménageables

Le principal avantage avec une charpente traditionnelle est la possibilité d’aménager les combles. Cela permet d’avoir un étage supplémentaire, à peu près de la même superficie que l’étage d’en dessous. Il est toutefois indispensable de renforcer la charpente lors des travaux d’aménagement des combles. Cette étape consiste à répartir équitablement les charges de la couverture vers les éléments restants de la charpente lorsque l’on dégage l’espace nécessaire à l’aménagement.

La pérennité

Quel que soit le matériau de fabrication, une charpente traditionnelle est reconnue pour avoir une longue durée de vie, allant parfois jusqu’à 100 ans. Pour garantir sa pérennité, une charpente en bois devra être traitée contre les moisissures, qui sont ses principales ennemies. Pour se conformer à la norme DTU 31.1, il convient également de traiter le bois contre différents types d’insectes (capricornes, termites, lyctus, vrillettes, etc.). Le choix de la méthode de traitement (trempage diffusion, trempage court, aspersion ou autoclave) se fera en fonction du type de bois choisi. Prévoyez également une protection contre le feu pour protéger votre maison des propagations d’incendies.

Des travaux d’entretien

La charpente peut durer un siècle, tout comme elle peut céder au bout de quelques années seulement. Cela dépend surtout de la manière dont vous l’entretenez. Quelques minutes d’inspection, une ou deux fois par an, suffisent pour identifier les changements (détériorations et déformations) au niveau de la charpente. L’entretien (traitement, restauration, voire changement d’éléments) se fera en fonction des dégâts constatés. Même si une charpente est très solide, des travaux de rénovation tous les 20 ans ou 30 ans sont recommandés. Vérifier également l’état de la charpente lors des travaux de rénovation de toiture.

Le choix du bois

Pour le choix du bois de charpente, les feuillus se placent en tête de liste. Disposant d’une longue durée de vie, le chêne et le châtaignier peuvent être utilisés pour la charpente et les menuiseries d’un bâtiment. Ayant la même solidité, les deux diffèrent toutefois sur un point. Le châtaignier a tendance à se dessécher et à se rétracter pendant les saisons chaudes, tandis que le chêne reste stable. Disposant d’une qualité moyenne, les résineux comme les différentes variétés de pin, l’épicéa et le douglas sont plus des choix économiques.

Spécialisée dans la conception, la fabrication et l’installation de charpentes traditionnelles, l’entreprise GUILLOT PIERRE est à votre service aux alentours de La Chailleuse. Comptez également sur elle pour réaliser les travaux de couverture, ainsi que les menuiseries intérieures et extérieures.

Laisser un commentaire